Le Iaïdo, l'art de dégainer le sabre


Le iaïdo (prononcer i.aï.do) est une discipline martiale très ancienne dont l'origine remonte au Moyen-Âge japonais (16eme siècle).


Beaucoup considèrent que la création du iaïdo est due à Hayashizaki Jinsuke Shigenobu (1542-1621). Les samouraï avaient remarqué que, lors d'attaques imprévues, la rapidité avec laquelle ils dégainaient leur sabre et enchaînaient une contre-attaque leur permettait d'avoir l'avantage dans l'issue du combat. Dégainer le sabre et couper l'adversaire d'un seul geste devint un art à l'esthétisme raffiné, mais aussi une nécessité absolue.


A l'opposé de son cousin le Kendō (littéralement « voie du sabre »), auquel il est étroitement associé, le iaïdo est une pratique non combative. Il accorde une place importante à la spiritualité et au travail sur soi. Le mot Iaido (居合道) est composé des kanjis (idéogrammes) I « être », Aï « harmonie » et dō, la « voie ». Le pratiquant, en travaillant à partir d'une lame (potentiellement) mortelle, vise une perfection gestuelle qui a pour finalité la maîtrise de l'arme et une mise en harmonie de son être avec son environnement.

Le iaïdo regroupe un ensemble de techniques d'escrime au sabre long (katana). Il se pratique seul, sous forme de kata (combat simulé). Chaque kata commence avec le sabre dans le fourreau glissé dans la ceinture (obi) et comprend 4 phases essentielles :

Nuki tsuke - le dégainé et première coupe

Kiri otoshi - la ou les coupes létales

Chiburi - le « nettoyage » de la lame

Noto - le rengainé du sabre

Le iaïdo tombe en sommeil pendant l'ère Meiji. C'est en 1968 que la Fédération Japonaise de Kendo (ZNKR) prend l'initiative d'élaborer une synthèse technique à partir d'une trentaine d'écoles classiques de sabre. Une douzaine de professeurs de iaïdo et de kendo entament alors un travail de codification et créent 7 formes inspirées des diverses écoles traditionnelles. Ces formes furent au départ regroupées sous l'appellation SEITEI-IAI (SEI «système», TEI « standard »). En mars 1980, trois autres formes sont ajoutées aux sept de base. Puis en 2000, 2 autres kata viennent compléter la série.

Cette série de 12 kata, regroupés aujourd'hui sous le nom de ZNKR iaï, a permis de diffuser le iaïdo dans le monde entier, d'organiser les passages de grades dan et les compétitions.

Les iaïdokas du monde entier étudient également des formes plus traditionnelles en intégrant des écoles anciennes (Ko Ryu) comme Muso Shinden Ryu, Tamiya Ryu, Suiô Ryu iaï Kempo, Einshin Ryu, etc. On peut noter que l'école Yagyu Shinkage Ryu, créée en 1565 à Edo, défendit le Shogunat TOKUGAWA pendant plus de 250 ans, et eut comme étudiant un certain Morihei Ueshiba venu y étudier le ken-jutsu.

Thierry Laulhé

INSTITUT FRANçAIS D'AÏKIDO

Retour en haut

© 2020 par Institut Français d'Aïkido